Catégorie

Ben Nevis

Le parc national du Loch Lomond se situe au Nord de Glasgow, c’est les highlands en miniature, on y retrouve les collines colorées, des villages tranquilles possédant tous un Pub et bien sûr un loch !

J’ai débuté mon roadtrip dans cette partie de l’Ecosse à l’entrée des routes vers les Highlands du Nord. Très belle entrée en matière, je suis arrivé sous un grand soleil et à peine quelques minutes après ma sortie de l’aéroport il pleuvait à verse, sans doute une manière Écossaise d’accueillir les touristes.

Loch Lomond

Comme à mon habitude lorsque je fais des roadtrip j’aime bien trouver des hébergements uniques et isolés pour quelques nuits. J’ai par chance trouvé de quoi louer une cabane proche du loch Lomond, dans le parc national des Trossachs. La cabane se situait à l’Ouest de ce parc, plus précisément au bord du Loch Voil dans le village de Balquhidder. Arrivant la nuit tombé, j’ai eu un mal fou à trouver cette cabane qui se trouvait au bout d’un chemin tellement mauvais que j’ai mis près de 40min pour parcourir 6km. Je devais sortir de la voiture pour ouvrir les grilles à bétail puis les refermer derrière moi, les routes traversent souvent les prés en Ecosse.

Ma cabane près du Loch Lomond

Ma cabane près du Loch Lomond

En arrivant dans la cabane, la première chose que je désirais c’était me réchauffer un peu, je n’ai trouvé qu’une hache avec le mot :

To get some wood for the stove.

Bref, je suis parti me couper du bois dans une forêt de nuit et sous la pluie, ce n’était pas forcément une mince affaire et le bois mort trouvé était tellement humide que j’ai passé ma soirée à tenter d’allumer le poêle (pour la petite histoire j’y suis arrivé !).

Le reste de mon séjour dans cette cabane s’est heureusement mieux déroulé et j’ai eu quelques jours avec du beau temps sans pluie. J’ai pu apprécier le calme du Loch Voil, une randonnée autour du loch Lomond et une autre (hors sentier, en passant beaucoup de barbelés…) sur les collines autour de Balquhidder. Les collines d’Ecosse sont d’une couleur rouge orangé à cause d’un type de bruyère, on retrouve ce genre de collines typiques d’Ecosse un peu partout  mais je vous invite à regarder les photos de celles sur l’île de Skye au pied des Cuillins qui sont impressionnantes

Fort William & Ben Nevis

Après cette parenthèse dans cette cabane dont j’avais finalement maîtrisé l’allumage de feu avec du bois humide, j’ai repris la route, mon roadtrip ne faisait que commencer, je me suis dirigé vers un des plus haut sommet de Grande-Bretagne, le Ben Nevis.

La ville de Fort William se trouve au pied de ce somment de 1 344m. Après avoir grimpé le piton de la fournaise et crapahuté dans les différents cirques de la Reunion (Mafate, Salazie et Cilaos) je voyais cette randonnée vers le sommet comme un challenge tout à fait à ma portée.

Je n’avais prévu que 3 jours à Fort William, ma fenêtre pour monter au sommet était mince car il faut compter sur un temps dégagé. Le temps change rapidement en Ecosse, on reçoit généralement quelques averses chaque jours mais elles ne durent pas. En altitude, avec la mer proche le temps peut facilement se transformer et vous pouvez avoir de la neige.

C’est bien malheureusement ce que j’ai vécu le jour où je suis parti. L’ascension au départ est plutôt simple, j’ai même eu la chance de partir sous le soleil. J’ai suivi un chemin dans une forêt dense de pins et fougères puis au fur et à mesure la végétation se fait plus éparse jusqu’à une plaine rocheuse.

En trois heures j’étais arrivé près d’un refuge mais le soleil sous lequel j’avais débuté avait fait subtilement place à des nuages. J’ai essuyé quelques petites averses, rien de grave je me suis dit, mais rapidement un brouillard s’est levé et en quelques minutes ce fut le tour de la neige qui s’est mise à tomber à gros flocons. J’ai donc décidé de m’arrêter un moment le temps que ça se calme. Je n’avais croisé jusque là personne, mais en voyant arriver un groupe de grimpeurs j’ai vite compris que ce refuge à 900m de hauteur était la fin de ma randonnée… Les 4 amis anglais arrivèrent au refuge avec un équipement complet : chaussures à crampons, cordes, baudriers, casques etc. Eux même n’étaient pas certains d’aller jusqu’au bout dans ces conditions. J’ai donc fait demi-tour, j’ai appris par la suite en racontant mon histoire à une personne du coin qu’il y avait deux chemins, un qui ressemble plus à de la randonnée montagnarde que j’aurais du prendre et l’autre pour les adeptes de l’escalade. Quoiqu’il en soit, je n’avais pas du tout le bon équipement pour ces conditions qui ressemblaient plus à un climat subarctique qu’à l’Ecosse. Je pense que pour être bien préparé j’aurais du prendre cet équipement :

Pour les amateurs, j’ai trouvé pas mal d’informations intéressantes sur les monts de la Grand-Bretagne en cherchant sur internet. Le Ben Nevis fait parti des plus hauts et est dans la liste des 283 munros, soit des sommets de plus de 914,4 mètres (3 000 pieds). On appel le “munro bagging” le tour des munros d’Ecosse. Un “munroist” est une personne qui aura réussi au cours de sa vie à faire l’ascension de tous les munros. A ce jour on compte plus de 5 000 munroist !

Et vous, l’Ecosse vous intéresse pour votre prochaine destination ? Vous l’avez déjà peut-être parcourue, n’hésitez pas à m’en dire plus !

0 Facebook Twitter Google + Pinterest