Catégorie

île de la réunion

Oui c’est une île, et vous pouvez en faire le tour en quelques heures de voiture, mais il y a sur cette île assez de choses à voir pour y rester une année entière sans se lasser. Le volcan, le Piton de la Fournaise est un des point phare de l’île.

Importance géographique

Les cirques (Salazie, Mafate et Cilaos) et remparts sont des caractéristiques uniques de l’île mais la principale est sans doute le volcan. Il représente 40% de l’île et se situe au Sud-Est. C’est un volcan qui est actif, sans doute parmi les plus actifs de la planète avec environ une éruption tous les 9 mois. La dernière éruption en date, le 14 Juillet 2017 à 00:50, les photos de l’éruption sont incroyables, j’aurais vraiment voulu être présent, je pense que cela aurait été le feu d’artifice rêvé pour un jour de fête nationale. Retrouvez toutes les informations et les photos sur le site du piton.

Il culmine à 2 632 mètres d’altitude mais son accès est plutôt aisé donc beaucoup de touristes viennent s’y frotter. Vous trouverez énormément d’informations sur la randonnée sur internet, celle-ci est plutôt claire je vous la recommande.

En arrivant sur le volcan

Avant même d’arriver au point de départ de la randonnée, vous aurez l’occasion d’en prendre déjà plein les yeux, la route que vous emprunterez est assez incroyable, rien à voir avec les routes d’Ecosse ou celles de Norvège entre les Fjords que j’avais déjà parcourues. Vous devez préalablement vous rendre à Bourg-Murat, une ville en plein coeur de l’île située dans la Plaine des Cafres. Soit vous arrivez du Sud de l’île via la commune du Tampon, soit vous arrivez du Nord depuis la commune de la Plaine des Palmistes vous devrez de toute façon emprunter la seule route qui traverse l’île du Nord au Sud.

Une fois que vous êtes à Bourg-Murat vous trouverez toutes les indications nécessaires pour suivre la Route du volcan. Vous montez d’abord dans une vallée assez boisée en empruntant une série de lacets, vous remarquerez rapidement que vous prenez pas mal d’altitude, il existe de nombreux points de vue sur cette route et même quelques randonnées assez courtes, si vous avez le temps n’hésitez pas à vous arrêter. J’ai pour ma part eu l’occasion de faire la randonnée du Piton Nez-de-boeuf qui vous prend environ 1h30 durant laquelle vous traversez une forêt, presque une jungle la végétation étant très dense. Je n’ai pas eu de chance lors de cette randonnée et je me suis retrouvé dans un brouillard assez épais et sous la pluie cela me rappelait l’ambiance fantomatique sur le mont Koya au Japon. Après cette petite randonnée, j’ai continué la route et je me suis arrêté au bord d’une impressionnante falaise me faisant découvrir une série de pics qui se recouvraient petit à petit de nuages venant de la vallée.

Une fois que vous sortez de cette forêt, vous arrivez en face de la Plaine des Sables, ici vous changez totalement d’univers, vous passez littéralement d’un monde végétal à un monde minéral, le changement est abrupt tout comme la série de lacets vous faisant descendre dans la plaine. L’origine géologique de cette plaine est encore sujette à discussion, mais il semblerait que la piste des effondrements à répétition soit privilégiée. En suivant la route quasi-droite qui traverse la plaine des sables, vous vous dirigez vers l’Enclos Fouqué qui sonne le début de la randonnée, ou bien vous pouvez vous arrêter au gîte du volcan.

Cette dernière solution est celle que je recommande. Cela vous permettra de débuter la randonnée très tôt (3 ou 4 heures du matin) à la lampe frontale et d’arriver en haut du volcan avec un soleil encore rasant, généralement privé à cette heure-ci de brouillard.

L’ascension du Piton de la Fournaise

En partant du parking ou en sortant du gîte du volcan vous vous dirigez à un premier point : le Pas de Bellecombe, qui offre une vue panoramique sur le volcan et son enclos. Car effectivement le volcan se trouve au centre d’un immense enclos d’une dizaine de kilomètres de large et de long. La bonne nouvelle c’est que cet enclos est dû à un effondrement, donc vous débutez en haut de l’enclos ^^. La deuxième étape de cette randonnée est donc naturellement de descendre dans l’enclos en empruntant les escaliers en lacet.

Une fois en bas vous êtes sur de la lave durcie et il ne vous reste plus qu’à suivre les traces de peinture blanche qui vous indiquent le chemin pour accéder en haut du volcan. En cas de brouillard ces traces deviennent vraiment utiles.

Avant d’arriver sur les pentes du volcan, vous passez sur une grande étendue qui semble plate depuis le Pas de Bellecombe, mais nécessitant des fois de grimper quelques blocs de lave. Vous passerez devant le Formica Leo, un petite (comparée au volcan) formation volcanique composée de petits scories et à la couleur plus brune que la lave alentour. La pente ne commence que lorsque vous arrivez à la Chapelle Rosemond, une cavité dans un monticule de lave.

Comptez environ 5 heures aller-retour pour une distance d’environ 10km. Cette randonnée n’est pas d’une extrême difficulté, à vrai dire le plus dur est sans doute de remonter en haut de l’enclos, et comptez seulement 20 min pour cela. Cependant, randonner dans les scories de différentes tailles, nécessite un petit équipement, ne vous aventurez pas sur les pentes du volcan sans de bonnes chaussures, une lampe frontale si vous partez de nuit et quelques vêtements chauds sont nécessaires au plus tôt de la journée, voici ce que je recommande :

2 Facebook Twitter Google + Pinterest